Section principale

Vaccination obligatoire contre l'hépatite B


Depuis 1981, il existe une vaccination contre le virus de l'hépatite B. Les premiers vaccins ont été fabriqués à partir d'acide de sang humain. Sa demande était préoccupante et a été retirée. En 1986-1989, le premier vaccin recombinant a été introduit.

Le gène de l'antigène responsable identifié (HBsAg) infecté, identifié en 1970, a été reproduit artificiellement dans le génome (levure) d'une bactérie de levure (Saccharomyces cerevisiae). De grandes quantités d'AgHBs recombinant produites ont été extraites de la bactérie de levure, base de la vaccination. Après purification, le vaccin est préparé. L’accélération de la réaction immunologique contient du sel d’aluminium et du phénoxyéthanol pour la rétention.
En Hongrie, une protection obligatoire liée à l'âge est fournie aux élèves de la 8e année de l'école élémentaire. Parmi les diverses pratiques vaccinales disponibles, les deux schémas thérapeutiques (0 fois après 6 mois) sont utilisés pour les vaccins ayant une teneur en antigène plus élevée. Ce programme de vaccination est possible entre 11 et 15 ans. Pour les nouveau-nés à antigène VHB positif et les autres groupes d'âge, une série de 3 vaccins est utilisée (0 fois - 1 mois - 6 mois). Si l’un (adulte) a une réponse immunitaire plus rapide à l’objectif (déplacements, interventions chirurgicales programmées, greffes d’organes), il existe également un calendrier de vaccination accéléré (0 fois - 1 jour - 1 mois ou 0 fois - 7 jours - 21 jours). Dans le cas d'un vaccin accéléré, un vaccin supplémentaire doit être administré un an après la primovaccination. Sinon, une vaccination de rappel n'est pas nécessaire. Ceci s'applique également aux enfants qui ont été vaccinés contre le VHB (avec 3 vaccinations primaires) avant l'âge de 14 ans après la vaccination obligatoire.

Vous avez répondu:

En plus de la réaction de vaccination habituelle (gonflement local, rougeur, douleur), la réaction immunologique donnant le symptôme du vaccin peut souvent être observée. Cela peut entraîner une anxiété après la vaccination avec l'apparition de la ponte (fraude, saignement ponctuel). Après la réaction soupçonnée d'être allergique à la levure, la consultation du vaccin peut être clarifiée et la séquence de vaccination peut être poursuivie. Le vaccin ne contient pas de thiomersal (conservateur). L'allergie au thiomersal détectée par un test cutané n'est donc pas une contre-indication. (Il convient de noter que dans le cas de la sensibilisation au thiomersal, la présence de mercure dans les vaccins ne constituerait pas une contre-indication au vaccin! L'allergie au thomersal se manifeste sous la forme d'une allergie de contact, d'eczéma, d'ulcère provoquant des démangeaisons, mais pas dans la peau.)